mercredi 1 octobre 2008

petite fable

Cathie, Lolita et autres inconnus, vous avez raison.

Il serait temps de mettre un petit quelque chose sur ces pages!
Une certaine morosité, c'est vrai, s'est installée ...
Ne pas se laisser submerger ...
Mais bon ... pas de nouvelles fracassantes, pas de scoop municipal ...


J'ai juste envie de vous faire découvrir une petite fable végétale qui pourrait être locale ...

J'emprunterai bien la morale à Jean de La Fontaine:
Patience et longueur de temps
Font plus que force ni que rage




Découvrez Les Wriggles!





Julie la p'tite olive
Rêvait de voyager
Mais elle était captive

D'un rameau d'olivier

Elle tannait ses copines à longueur de journée

Avec les Philippines et Saint-Germain-des-Prés

C'est bon Julie, arrête de nous les briser
Tu sais bien que notre vie finira dans un panier
On est né pour faire de l'huile d'olive
C'est comme ça c'est la nature
Et c'est très bon avec les endives

Julie la p'tite olive l'entendait pas de cette oreille
Comme elle avait la verve vive elle prit à partie le soleil :

"Vous Monsieur vous tournez près de vingt-quatre heures par jour
Le monde vous le connaissez vous en avez déjà fait l'tour
Moi je suis prisonnière de cette grosse branche en bois

Dites-moi donc c'qu'il s'passe sur terre

Oh oui siouplaît racontez-moi..."

C'est bon Julie arrête de les lui briser
Tu sais bien que notre vie finira dans un saladier
On est nées pour faire copines avec les endives
Le soleil lui y s'en tape y connaît rien à l'huile d'olive !


Mais l'astre du jour par sa requête fut ému
Et lui dit rayonnant d'amour : "Je vais commencer au début"

Au bout d'une dizaine de mois

Il finissait le préambule

Le big bang et tous ces trucs-là

La naissance d'une première cellule

Et Julie l'écoutait passionnée attentive

Ouvrant grand ses oreilles pour n'en point perdre un mot
Mais hélas la vendange tardive des olives
Coupa leur entretien avec tout le rameau

Cette fois Julie c'est terminé

Allez monte dans le camion qui nous emmène chez Puget
T'étais née pour faire de l'huile d'olive
Maintenant tu fermes ta gueule et tu dis bonjour aux endives!

Mais Julie ignorait que le soleil ce gros bavard
De lumière l'avait gavée pendant qu'il contait ses histoires

Et arrivée au pressoir

Le propriétaire agricole eut besoin d'une chaise pour s'asseoir

Et s'écria :

"Oh la bestiole !
Crénom de nom
C'qu'boudiou j'hallucinions
Par les balloches du cornu
J'ai dû abuser du litron
Cette olive on dirait
Qu'c'est la couille de Godzilla
Va m'en falloir des endives
Pour me contenter c'te bête là" !

Et Julie que la joie inonde

Grâce au miracle de la nature
S'est tapée quatre tours du monde

Dans les salons d'l'agriculture

Dans les salons d'l'agriculture.

9 commentaires:

Anne 2 a dit…

Marrant et très mignon, Tulipe.
J'aime beaucoup et, peut être, pas besoin d'attendre et espérer un scoop pour faire quelque chose de joli et intéressant non ?
Bravo et merci.

La cigale a dit…

Une cigale n'est pas olive:
Pas de rêves d'autres rives
Seulement un voeu pieux
Canet sous d'autres cieux!
Pour seule arme un clavier
Et quelques vers "estropiés",
D'autres compères blogonautes
Se chargent de donner la note

DOMINIQUE a dit…

Mets de l'huile ..... je ne connais pas la suite ! Désolée...

Tulipe a dit…

Ce n'est pas tant le scoop que j'attendais, plutôt l'inspiration, l'envie et le temps...
Contente que ça vous plaise, Anne 2.

Tulipe a dit…

oui, elle est bien cette chanson aussi.
Merci Dominique de me l'avoir remise en tête.

"Mets de l'huile petit homme dans la vie, il faut que ça glisse
De l'huile petit homme, écoute, écoute
Mets de l'huile petit homme dans la vie, il faut que ça glisse
De l'huile petit homme, écoute, écoute plutôt Regg'lyss"

Dominique a dit…

Ravie d'avoir réussie à inspirer laé moindre petite idée.
Bonne continuation !!!

Katchina a dit…

Vos inspirations nocturnes, Dame Tulipe, serait-elles l'expression de quelque fantasme inavouable ?
;-D

Tulipe a dit…

qui sait ...

Bérénice a dit…

La passion est donc comme l'espoir... elle fait vivre.

A ce sujet Saint Augustin a dit :

"Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion."